linkedintwitter

Big Data, une autre logique de la protection de la vie privée

Nous connaissons une période de tsunami de data. Outre le gouvernement ce sont les entre- prises et les citoyens et qui évoluent comme des utilisateurs de data.
La quantité de data croît de façon exponentielle. Elles viennent de partout, mais c’est surtout nous qui les générons par interactions avec l'Internet et qui contiennent des informations très détaillées sur les intérêts, les réseaux, les habitudes et comportements des individus.

“Big Data” se réfère à n’importe quel ensemble de data difficile à traiter avec un système de traitement classique. Ce terme décrit la croissance exponentielle et la disponibilité des data aussi bien structurées que non structurées pouvant conduire à des analyses plus précises en vue d'augmenter la fiabilité de la prise de décision et à l'efficacité opérationnelle pour l'économie. Tout ceci avec des coûts de stockage de plus en plus bas.

Les data connaissent plusieurs formats. Elles comportent des informations structurées ou non structurées, des bases de data traditionnelles numériquement créées par des applications, des documents non structurés de texte, e-mails, vidéos, formats audio .... Les sources de data sont sujettes à un flux rapide et continu de nouvelles informations générant de grandes quantités de data. En temps réel, pour ainsi dire.
La gestion de data provenant de différentes sources devient un défi.

Ceci a une incidence sur l’économie. Pour grandir, faire un profit, les entreprises initient avec ces data un processus de personnalisation: la production de produits hautement adaptés, personnalisés. Par exemple par le commerce en ligne.

L’inventivité n’a pas de limites. Demain, c’est la "voiture Google" sans chauffeur, réservé par votre téléphone portable, qui viendra vous chercher à la maison pour vous mener à destination. Le concept "Uber" vieillit déjà. Tout cela fonctionnant avec une série de data. De plus en plus l'économie est guidée par les data.

Les concepts de vie privée sont à revoir. La protection des données personnelles d’y a 20 ans, dans des locaux équipés de murs épais avec des modalités d'accès stricts, avec des data stockées dans les ordina- teurs, a fait place pour l’internet ou presque tout "vole". Avec des data qui sont "attrapés au vol" par les secteurs public et privé sur les citoyens, de préférence proportionnellement aux objectifs souhaités, c.à.d. pas plus de data que nécessaire pour les besoins du processeur. La finalité d’utili- sation de ces data, n’est généralement plus déterminée à l’avance comme par le passé, en établissant une base de données avant la collecte des data. De nos jours les objectifs d’utilisation des data sont déterminés a poste- riori, après la collecte de data "attrapées au vol". Ceci diffère du moment où les data étaient collectées pour une cible déterminée, représentait une opération complexe et coûteuse.
Les soucis sur la protection de la vie privée évoluent rapidement.

BIO

IVAN VANDERMEERSCH SECRETARIS-GENERAAL VAN DE BDMA
Ivan staat bij de bdma in voor de belangenbehartiging naar de verschillende regeringen toe en volgt daarnaast van nabij alle legale aspecten van direct marketing op.