linkedintwitter

Claudine Knop – Direct Marketeer of the Year 2015

Claudine Knop, CEO de DBM, vient d’être élue Direct Marketing Personality of the Year. Dès le début de sa carrière, Claudine a été plongée dans les chiffres. Ce qui lui importe surtout, c’est de travailler parmi des personnes inspirantes car... « l’inspiration fait du bien ».
Claudine Knop (49) n’est pas une inconnue dans le secteur belge du marketing (direct) et a déjà largement gagné ses galons sur le marché des données. Elle a débarqué dans le milieu du marketing plutôt par hasard, après des études d’histoire à la KU Leuven. Même si elle était forte en math en secondaires, elle a finalement opté pour l’histoire. « J’avais un prof passionnant qui racontait bien les histoires. Et ma sœur étudiait déjà l’histoire de l’art. Du coup, l’histoire me passionnait. J’aime rencontrer des personnes qui savent bien raconter des histoires », explique Claudine. Mais pendant ses études déjà, elle savait qu’elle ne finirait pas dans l’enseignement. « Je voulais travailler aux côtés de personnes inspirantes, car l’inspiration fait du bien. »

Une grande chance

Mais pas moyen de trouver une place d’historienne. « Comme je savais taper à la machine, j’ai postulé en 1989 auprès d’Infotrade, à l’époque, comme employée administrative. J’ai eu la grande chance que le managing director se rende rapidement compte que j’avais bien d’autres talents. »

Chez Infotrade (données de marketing et financières), on lui a demandé de mettre sur pied une nouvelle business unit dédiée au télémarketing. Après trois ans, elle est passée au call center Marien & Gybels, où elle coachait les télémarketeers et assurait les contacts avec la clientèle. « C’était une fois de plus la dimension humaine : m’occuper des clients, télé-acteurs et consommateurs. Je devais mettre sur pied des campagnes et chercher des scénarios gagnants. »

Chez Marien & Gybels, elle a également lancé le siège bruxellois. Il se trouvait dans le même bâtiment que Sopres (devenu WDM, puis Bisnode), la référence en données B-to-C.

Je ne me considère pas vraiment comme une spécialiste des données. J’aime le métier et surtout les personnes qui l’exercent en s’investissant corps et âme.

« Je croisais régulièrement les collaborateurs de chez Sopres et, en 1995, j’ai ‘cédé’ à l’appel. J’ai commencé comme account manager au service commercial. Un choix délibéré : jeune maman, je cherchais un emploi plus calme donnant moins de responsabilités. Mais les postes se sont enchaînés : contact clientèle, salesmanager, sales director, marketing, production... Je me sentais de plus en plus impliquée dans l’organisation et était automatiquement aspirée vers la fonction suivante. J’ai fini comme CEO. »

Nouveau départ

Sopres est ensuite devenu WDM et a été racheté en 2007 par le groupe international Bisnode. « Cela a apporté son lot de nouveaux défis, que nous avons tâché de relever le mieux possible, en intégrant en outre le B-to-B. L’impact sur l’organisation a été considérable. »

En 2012, il y a eu un désaccord entre les actionnaires et la direction, qui a quitté l’entreprise. Claudine a alors pris le temps de recharger ses batteries. « Je m’étais à ce point investie dans mon travail qu’elles étaient totalement à plat. Je me suis alors un peu consacrée à moi... un peu de 'me-time'. Il m’a fallu un an pour pouvoir porter un regard neuf sur le passé, sans trop d’émotions, et tourner pleinement mes pensées vers l’avenir. »

L’avenir, elle l’a trouvé chez BBDO, où elle a créé un service de données. Puis chez DBM, qui l’a contactée au printemps 2014. En tant que nouveau CEO, elle compte refaire de DBM un challenger sur le marché belge des données ; l’un de ses premiers défis consiste à établir un ‘pont de données’ vers BDMyshopi.

La passion du métier

« Aussi étrange que cela paraisse, je ne me considère pas tellement comme une spécialiste des données », souligne Claudine pour expliquer sa passion pour le direct marketing. « Je sais beaucoup de choses sur les données, mais ce qui me procure de l’énergie, ce sont surtout des réflexions sur la direction à suivre, les opportunités à saisir. C’est travailler main dans la main avec les équipes afin d’aider les organisations à se centrer sur le client. Et dans ce sens, faire progresser et coacher les collaborateurs pour en faire des professionnels. J’aime beaucoup ce métier et en particulier les personnes qui l’exercent en s’investissant corps et âme ! »